Danse
TEMPO 76

MATHILDE MONNIER

07 Nov. 2008 — 00:00

Un gazon frais et odorant fourmille de curieuses surprises et accueille les huit danseurs de cette pièce magnifique qui interroge l'unisson, une forme très repérée dans l'histoire de la danse, entre esprit critique et scènes jubilatoires.

" Nous vivons maladroitement à l'unisson du monde. Nous tentons de nous raccrocher à son rythme qui nous dépasse, de plus en plus hostile, rapide. Nous essayons de nous adapter alors qu'il est de moins en moins perceptible dans son sens. " constate Mathilde Monnier dans l'avant propos de sa création Tempo 76. La scénographie conçue par Annie Tolleter évoque un paysage en lisière, entre nature et jardin. Vêtus de stricts jeans et chemises blanches ou de charmants kilts écossais, leurs postures les plus ordinaires se transforment bientôt en attitudes subtilement décalées par le mouvement. Les musiques de Ligeti sont le contrepoint de cet univers léger. Même les lignes de la partition dansée semblent inviter à la détente. Même si l'unisson subsiste encore à l'état résiduel dans la danse contemporaine, il aura été considérablement tenu à l'écart. Son contenu, ce qu'il représente allant à l'encontre des utopies des corps à partir desquels la nouvelle danse a forgé sa propre histoire et conception du mouvement. Pour Mathilde Monnier, remettre à l'étude cette figure taboue, est aussi une façon de poursuivre un questionnement artistique, de continuer à interroger sur un autre mode les espaces liés à la notion de communauté.

 

conversation publique avec Mathilde Monnier le jeudi 6 novembre à 19:00 | réservation 02 44 01 22 66