théâtre
LES DIABLOGUES

ANNE BOURGEOIS

16 Nov. ► 17 Nov. 2007

DE ROLAND DUBILLARD / MISE EN SCÈNE ANNE BOURGEOIS


" Pourtant, il se portait comme un toast. "

Si un individu vous affirme qu'il est une pendule, peut-être vaut-il mieux ne pas le contredire. Il doit avoir ses raisons. Après tout, on ne sait jamais‚

Roland Dubillard réinvente à sa façon le dialogue de sourds. C'est simple comme bonjour. Prenez deux protagonistes, appelez les Un et Deux, et donnez leur l'apparence de comédiens pince sans rire, Jacques Gamblin et François Morel, par exemple. Il n'y a plus qu'à les laisser s'expliquer avec les mots de l'auteur. Bientôt le réel se met à tanguer. L'analyse d'une simple expression déclenche des catastrophes de malentendus, des cascades de quiproquos, des tonnes de calembours vertigineux. Le quotidien bascule dans le fantastique, l'ordre cède la place au chaos le plus hilarant. Jacques Gamblin et François Morel ne sont pas seulement des acteurs. Ils sont des artistes rares, les auteurs et les interprètes d'un monde personnel où se rejoignent humour, gravité, poésie, avec en commun dans leur parcours artistique une attention portée à l'humain, à son imperfection, à ses méandres. Un magnifique duo de clowns, dépassés par le monde qui les entoure.

Acteur, auteur dramatique, Roland Dubillard est né en 1923. Il s'amuse très tôt des contradictions du langage à travers les dialogues de Grégoire et Amédée, pièce radiophonique qui en s'étoffant deviendra Les Diablogues. Il est aussi l'auteur de nombreuses pièces à l'humour décapant comme La Maison d'os, Le Jardin aux betteraves, Où boivent les vaches

Vos réactions ¬†

Abonnez-vous