Opéra
LE TURC EN ITALIE

Gioachino Rossini

05 Jan. ► 07 Jan. 2014

Rossini fait son miel lyrique de cette farce qui s'imagine et se réalise à vue sans souci de réalisme. Il joue des imbroglios et coups de théâtre de cet opéra en construction pour composer un entrelacs de voix et de registres participant de la même fantaisie. Mais il offre surtout à ses chanteurs cette virtuosité lumineuse dont il est maître, cette richesse de sentiments qui donne vie à ces personnages de pacotille et leur permet de s'affranchir, subrepticement, de l'opéra bouffe.

Le poète désespère de trouver matière à comédie. Sur ce bord de mer, près de Naples, il n'y a guère que les chamailleries d'un vieux jaloux et de sa coquette d'épouse à se mettre sous la plume. Surgit alors une bohémienne dont il lui suffit de cueillir les réparties, d'écouter comment elle fut aimée puis condamnée par un prince turc qui, hasard tout théâtral, accoste au même moment. Un petit monde se met en place et le dramaturge, ravi, n'a plus qu'à emmêler et démêler les fils du désir et de l'amour pour que son intrigue se noue et se dénoue par enchantement, sans que l'on sache, au final, si ces trop belles péripéties ne sont pas seulement nées de son imagination.

Il Turco in Italia
Dramma buffo per musica en deux actes.
Livret de Felice Romani.
Créé à La Scala de Milan, le 14 aouÃÇt 1814.
[Opéra en italien avec surtitres en français]