Musique
BABX

CRISTAL BALLROOM

19 Oct. 2009 — 00:00

Un album aura suffi à Babx pour s'imposer dans le paysage chanson, horizon Ferré-Bashung et ligne de fuite Tom Waits. Le jeune auteur-compositeur assume sa place au soleil noir de la poésie écorchée et vive, avec un deuxième opus, à la décadente élégance.

Tous les jeunes artistes vous le diront : les premières bandes peuvent créer le buzz, mais il est toujours très difficile de maintenir le cap à la deuxième réalisation. Babx ‚Äì David Babin pour l'état civil ‚Äì possède toutes les armes pour ne pas décevoir ses fans critiques et publics qui ont vu en lui le digne héritier du grand Ferré. C'est d'ailleurs en tombant sur le live Bobino 69 de Léo que l'artiste autodidacte multicarte (auteur-compositeur-arrangeurchanteur et polyinstrumentiste) choisit d'embrasser la voie tracée par le maître. La griffe Babx ? " Chanteur virtuose, auteur démesuré à la langue d'orfèvre maniaque, compositeur orgiaque, fantasque, élégant, déglingué mais toujours précis, doté d'une curiosité de visionnaire et bluffant par son ambition poétique et musicale, sa puissance et sa fièvre contagieuse " résume joliment l'écrivain Olivier Adam. Variétés de sons ‚Äì senza (instrument de musique africain), saxophone, guitare, balalaïka (instrument russe) auxquels s'ajoutent violons, piano et clarinette ‚Äì et singularité de ton, entre invitations au voyage, incitations au réveil des consciences (ses premiers émois musicaux ont pour nom NTM, Assassin et Ministère Amer) et romances d'amour. Babx privilégie le champ des sensations, la verve de l'insoumission et une désinvolte sophistication. Babx lascif, intempestif, corrosif, jouissif‚ bref, avec le temps, on l'aime toujours !¬†