PARTICIPEZ À LA RECHERCHE ARTS ET SCIENCES

Lors des représentations du spectacle Le Dragon

18 Jan. ▸ 25 Jan.

Le Quai CDN accueille un projet de recherche inédit autour du spectacle Le Dragon.
Contribuez à mieux comprendre les processus psychologiques, individuels comme collectifs, liés à l’expérience théâtrale en répondant à de courts questionnaires avant et après la représentation.
Ce projet est mené par Ondine Simonot-Bérenger, doctorante en sciences cognitives à l’École normale supérieure de Paris, dans le cadre de sa thèse.

Depuis plus de deux-mille ans, le théâtre rassemble, dans un même espace-temps, des acteurs et des spectateurs, autour d’une oeuvre de fiction. Il a survécu à toutes les révolutions - politiques, artistiques, sociales, technologiques .... Que se passe-t-il donc, dans ce temps partagé de la représentation, qui lie ainsi une foule d’inconnus ? Comment peut-on expliquer, sur le plan cognitif, ce qui caractérise l’expérience théâtrale ?

C’est à partir de ce questionnement qu’est né le projet de recherche d’Ondine Simonot-Bérenger, doctorante en sciences cognitives à l’Ecole normale supérieure de Paris. Dans le cadre de sa thèse, une étude expérimentale sera déployée autour du Dragon. Venez y prendre part, et ainsi soutenir la recherche entre arts et sciences !


Comment participer ?

Lors de votre venue au Quai pour une représentation du Dragon, vous serez invité à remplir deux brefs questionnaires :


  À votre arrivée au théâtre, avant le début de la représentation, un premier questionnaire (environ 5 minutes) vous sera proposé.

→  Dès la fin de la représentation, et avant de quitter le théâtre, vous pourrez remplir un second questionnaire (environ 10 minutes).


Attention : il est nécessaire de répondre aux deux questionnaires !

Pour les personnes n’ayant pas la possibilité de remplir les questionnaires en ligne, une version papier sera mise à disposition sur place. Cette étude ne nécessite pas de saisie de texte, ni de rédaction.


Ondine Simonot-Bérenger sera présente dans le Forum les soirs de représentation pour répondre à vos questions et vous assister.

Pour remplir les questionnaires, vous aurez besoin du numéro de place inscrit sur votre billet : pensez à le conserver !

Par ailleurs, chaque représentation fera l’objet d’un enregistrement audio en salle pendant la durée du spectacle.

 

Dispositions éthiques

Toutes les données seront collectées, conservées et analysées de manière totalement anonyme. Aucune information personnelle ne sera demandée aux participants.

Les enregistrements audio seront effectués exclusivement pendant la représentation, et concernent la salle dans sa globalité. Leur visée est uniquement scientifique. Il ne sera pas possible de faire de lien entre la présence des spectateurs en salle et leurs réponses individuelles aux questionnaires.

Les données anonymisées pourront être présentées à des congrès, dans des publications scientifiques, ou être mises à disposition de la communauté scientifique.

Participer à cette étude est totalement volontaire, la participation vaudra consentement.

Ce projet a reçu un avis favorable du comité d’évaluation éthique de l’Inserm (IRB00003888) le 13 décembre 2021.

 

Pour aller plus loin : le projet de thèse

Intitulée “Cognition sociale, émotions et fiction : le théâtre comme lieu d’expérimentation des sciences cognitives”, cette thèse de doctorat a pour objectif d’explorer les processus psychologiques engagés au cours d’une représentation théâtrale — à la fois par les acteurs et par les spectateurs.


L’idée est née d’une double inspiration : d’une part, les questionnements issus d’une expérience personnelle, intime, de spectatrice de théâtre assidue. D’autre part, une considération historique et scientifique qui y fait écho : les êtres humains ont la spécificité de produire et de consommer des biens culturels et artistiques. Parmi eux, la fiction occupe une place prépondérante, car toutes les cultures humaines créent et transmettent des récits, par différents moyens. Parmi ces moyens, le théâtre tient une place particulière : existant depuis l’Antiquité, il n’a cessé de constituer une production culturelle majeure dans le paysage artistique humain, et offre des caractéristiques uniques qui en font un exceptionnel terrain d’investigation de la psychologie humaine.

En effet, il s’agit d’une expérience collective au cours de laquelle un groupe d'individus (le public) éprouve des émotions face à une œuvre de fiction, elle-même produite dans le même espace-temps par un autre groupe de personnes (les acteurs) interprétant des personnages. Les relations entre et au sein de ces groupes permettent donc d’investiguer plusieurs concepts de sciences cognitives, que les travaux en laboratoire ne peuvent explorer que de manière réductrice. Parmi eux, on peut citer les notions d’empathie, de partage émotionnel, de faire-semblant ou encore de prise de perspective.

Par ailleurs, l’exploration expérimentale de ces thématiques pourrait également enrichir les théories philosophiques du rapport humain à la fiction. En effet, jusqu’à présent, celles-ci sont restées essentiellement centrées sur une vision individuelle de ce rapport, et la dimension collective et sociale de ce type de pratique culturelle est rarement prise en compte. Les expériences menées au cours de ce travail doctoral auront donc vocation à introduire cette dimension collective dans la littérature théorique.


Au carrefour entre psychologie expérimentale, philosophie et études théâtrales, ce projet de thèse est réalisé au sein du Laboratoire SACRe (EA 7410), du Laboratoire de Neurosciences Cognitives et Computationnelles (INSERM U960), et de l’Institut Jean-Nicod (UMR 8129).


Aller plus loin