Danse
MADAME PLAZA

Bouchra Ouizguen Maroc

17 Mars ► 18 Mars 2011

Tel un chant d'amour, voire un blues marocain, Bouchra Ouizguen a choisi de rendre hommage à des femmes d'exception, les Aïtas, ces chanteuses de cabaret marocaines. Avec elles, la jeune chorégraphe a créé Madame Plaza espace entre deux mondes, apportant un autre regard sur les artistes de son pays.

Maîtresses d'un art musical, poétique et populaire qui traduit plaisirs et douleurs de la vie des hommes, les Aïtas sont souvent comparées aux geishas. Leur statut particulier au sein de la société marocaine en fait des personnalités tout à la fois appréciées et rejetées. Cherchant à rencontrer ces femmes qui dérangent, émeuvent, Bouchra Ouizguen a imaginé ce spectacle sous forme de rencontre entre deux générations d'artistes. Sur le plateau, elles sont quatre, trois Aïtas et la chorégraphe. Dans Madame Plaza, pas de folklore, mais des regards, des présences. Seuls gestes et voix prennent en charge cette histoire, leur histoire, celle des femmes.
Pour réaliser ce projet proche du portrait de groupe et du tableau vivant, la chorégraphe a pris le chemin de la liberté des corps et interroge la transmission. Cette écoute particulière creuse des lignes d'intensité. Les quatre interprètes oeuvrent dans l'intimité d'un espace clos. Évoluant dans une pleine lenteur, passant de la posture au mouvement, entre poses lascives, saynètes légères et profonde gravité, elles semblent tour à tour captées par l'appel, la danse, le chant.